• Ouverture du musée MUDIA à Redu

    Riche de plus de 300 oeuvres issues de collections privées, le MUDIA ambitionne de faire découvrir l'art autrement

  • Vue de l'exposition 21 rue La Boétie

    Une exposition exceptionnelle réunissant les plus grands noms de l'art moderne

  • Mapping Knowledge. Understanding the world through data

    Une exposition high-tech sur la visualisation de données au Mundaneum dans le cadre de Mons 2015

  • Vernissage de Renaissance 2.0 en compagnie du 1er Ministre

    Vernissage de Renaissance 2.0 en compagnie du 1er Ministre au Mundaneum, Mons

  • Vernissage de Renaissance 2.0 - Voyage aux origines du web

    Vernissage de Renaissance 2.0 - Voyage aux origines du web au Mundaneum, Mons

  • Presentation à la TV Nationale Roumaine du Programme Creative Europe

    Présentation de l'opinion CCMI/CESE sur le programme Creative Europe à Bucharest

  • Transdigital cookbook #3

    Sortie du Transdigital Cookbook #3, publication consacrée aux rapports arts/sciences/technologie

  • Buffet "Nature morte" Délices d'artistes

    Somptueux buffet inspiré par les natures mortes lors du vernissage de l'exposition Délices d'artistes à l'Alimentarium de Vevey

  • Vinton Cerf au Mundaneum à Mons

    Vinton Cerf est l'inventeur d'Internet et actuel vice-président de Google.

  • 10 ans de numérique à Mons

    Sortie du livre 10 ans de numérique à Mons/10 digital years in Mons consacré au développement des industries créatives et numériques dans la région

  • Vue du lac de Genève à Vevey et la fourchette sculptée de l'Alimentarium

    L'exposition Délices d'artistes se tient en ce moment à l'Alimentarium de Vevey, sur les bords du lac de Genève.

  • L'Alimentarium de Vevey, lieu d'accueil de l'exposition Délices d'artistes

    L'Alimentarium est un musée de l'alimentation dépendant de Nestlé situé à Vevey en Suisse. S'y tient en ce moment une exposition sur l'imaginaire des artistes dépeignant la nourriture.

  • Une installation en réalité augmentée présentée au sein de l'exposition Délices d'artistes à l'Alimentarium de Vevey

    L'exposition Délices d'artistes fait la part belle aux installations multimédia. La réalité augmentée permet de voir des choses invisibles normalement à l'oeil du visiteur.

  • Livre blanc: Crossovers Culture & Technology
  • Ouverture de l'exposition 21 rue La Boétie au Musée Maillol à Paris

    Une exposition exceptionnelle autour du célèbre marchand d'art Paul Rosenberg. Du 2 mars au 23 juillet 2017.

dimanche, 06 janvier 2013 14:00

Banksy, de la rue aux cimaises des musées

Written by  Vincent
  • Bookmark and Share
Rate this item
(1 Vote)

banksy-exit-through-the-gift-shop article insideIntéressante exposition que celle organisée par la Kunsthalle Műcsarnok de Budapest autour du mystérieux artiste de Street Art Banksy. Conçue autour du fameux documentaire Exit through the Gift Shop (sorti en 2010), qui reçut de nombreuses récompenses prestigieuses et fut présenté à la Berlinale, elle fait intervenir une quinzaine d’artistes de Street Art hongrois, plusieurs installations vidéos et se distingue par la qualité graphique des œuvres exposées. L’occasion de revenir sur le travail d’un des artistes fer de lance du mouvement Street Art.

Si aujourd’hui la cote de Banksy sur le marché de l’art explose littéralement (on épinglera pour mémoire Keep it spotless qui a atteint 1 230 000€ lors d’une vente à Sotheby’s New York en 2008), il n’en a pas toujours été ainsi. Comme beaucoup de street artists, Banksy officiait à ses débuts dans la clandestinité. L’artiste, bien que bénéficiant à présent d’une notoriété internationale et d'une grande popularité auprès des jeunes (la pochette de l'album Think Tank de Blur en 2003 n'y est certainement pas étranger), cultive d’ailleurs toujours jalousement son anonymat et on sait peu de choses de lui, si ce n’est une vague indication sur l’année de sa naissance (située en 1974) et des conjonctures sur son vrai nom (Robert Banks ?). Une chose semble pourtant certaine : ses premiers pas artistiques se firent à Bristol, en compagnie d’un collectif de graffeurs, nommé Bristol's DryBreadZ Crew (DBZ). C’est d’ailleurs dans cette ville du sud-ouest de l’Angleterre que l’on peut encore admirer un certain nombre de ses œuvres qui ont miraculeusement échappé à la destruction. Aujourd’hui, des pétitions d’habitants voient même le jour pour que celles-ci puissent être conservées.

De son propre aveu peu à l’aise avec l’aérosol, technique traditionnellement privilégiée par les graffeurs, Banksy opte plutôt pour un mix de techniques mêlant pochoirs, aérosol et installation. Ce choix est également dicté par la nécessité de réaliser rapidement les œuvres dans des endroits publics afin d’éviter de se faire coincer par la police, le pochoir lui permettant, tout en bénéficiant d’une grande sophistication de détails, de préparer son travail à l’avance.

Privilégiant une approche directe et subversive de l’art, il fait du détournement une de ses marques de fabrique, telles ses célèbres incursions dans les plus prestigieux musées (le MOMA de New York, la Tate Britain ou le British Museum) afin d’y accrocher incognito ses propres œuvres parmi les tableaux des grands maîtres. Faisant preuve d’un sens aigu de la dérision, il joue habillement du dialogue entre les œuvres, les siennes étant souvent des réinterprétations de grandes œuvres du passé. Certains musées, séduits par la démarche et l’audace artistique du jeune anglais ont intégré ces œuvres à leur propre collection permanente, lui offrant ainsi une reconnaissance méritée.

Cette démarche a d’ailleurs inspiré de nombreux autres artistes, au-delà même dans la sphère du Street Art, à l’instar du néerlandais Sander Veenhof, qui a récemment proposé un Banksy re-enactment, en ajoutant virtuellement un étage en réalité augmentée au MOMA où figurent un grand nombre d’œuvres nouvelles. Invisible au commun des mortels, celles-ci se révèlent aux heureux possesseurs d’un smartphone.

Artiste engagé, Banksy n’a de cesse de véhiculer son message, de déranger les conventions pour nous donner à voir une autre voie, subversive et à l’encontre de l’ordre établi. Souvent polémique, l’artiste n’hésite pas à embrasser certaines causes politiques, en réalisant par exemple des fresques interpellantes sur le mur de séparation entre Israël et la Palestine (côté palestinien). En 2006, il réalise une poupée gonflable grandeur nature vêtue d’un uniforme orange de Guantanamo et placée à l’insu des gardiens dans le parc d’attraction de Disneyland en Californie.

Banksy fait donc preuve d’un engagement radical, flirtant souvent avec l’anarchisme (un motif d’ailleurs récurrent chez lui avec ses pochoirs de rats) et porte un regard incisif sur notre époque, la politique et les faits d’actualité, prenant régulièrement position à contre-courant. Accroché viscéralement à son anonymat, il refuse la gloire, l’argent facile et l’acoquinement avec les grandes marques de prêt-à-porter, tentées à coup de milliers de dollars de s’associer à l’image « counter-culture » de ce trublion.

L’exposition à la Kunsthalle de Budapest, bien que petite en taille, a le mérite de nous proposer une plongée dans l’univers de cet artiste atypique, souvent comparé à Basquiat, voire à Keith Haring. Elle s’accompagne par ailleurs de performances musicales et de plusieurs conférences et séances de projections.

Exit through the Gift Shop, à voir jusqu’au 20 janvier 2013 à la Műcsarnok Kunsthalle de Budapest.

Read 15389 times Last modified on dimanche, 06 janvier 2013 21:00