• Ouverture de l'exposition 21 rue La Boétie au Musée La Boverie (Liège), le 22 septembre 2016

    Plus de 70 chefs d'oeuvre de l'art moderne avec Picasso, Braque, Matisse, Léger, Laurencin...

  • Vue de l'exposition 21 rue La Boétie

    Une exposition exceptionnelle réunissant les plus grands noms de l'art moderne

  • Mapping Knowledge. Understanding the world through data

    Une exposition high-tech sur la visualisation de données au Mundaneum dans le cadre de Mons 2015

  • Vernissage de Renaissance 2.0 en compagnie du 1er Ministre

    Vernissage de Renaissance 2.0 en compagnie du 1er Ministre au Mundaneum, Mons

  • Vernissage de Renaissance 2.0 - Voyage aux origines du web

    Vernissage de Renaissance 2.0 - Voyage aux origines du web au Mundaneum, Mons

  • Presentation à la TV Nationale Roumaine du Programme Creative Europe

    Présentation de l'opinion CCMI/CESE sur le programme Creative Europe à Bucharest

  • Transdigital cookbook #3

    Sortie du Transdigital Cookbook #3, publication consacrée aux rapports arts/sciences/technologie

  • Buffet "Nature morte" Délices d'artistes

    Somptueux buffet inspiré par les natures mortes lors du vernissage de l'exposition Délices d'artistes à l'Alimentarium de Vevey

  • Vinton Cerf au Mundaneum à Mons

    Vinton Cerf est l'inventeur d'Internet et actuel vice-président de Google.

  • 10 ans de numérique à Mons

    Sortie du livre 10 ans de numérique à Mons/10 digital years in Mons consacré au développement des industries créatives et numériques dans la région

  • Vue du lac de Genève à Vevey et la fourchette sculptée de l'Alimentarium

    L'exposition Délices d'artistes se tient en ce moment à l'Alimentarium de Vevey, sur les bords du lac de Genève.

  • L'Alimentarium de Vevey, lieu d'accueil de l'exposition Délices d'artistes

    L'Alimentarium est un musée de l'alimentation dépendant de Nestlé situé à Vevey en Suisse. S'y tient en ce moment une exposition sur l'imaginaire des artistes dépeignant la nourriture.

  • Une installation en réalité augmentée présentée au sein de l'exposition Délices d'artistes à l'Alimentarium de Vevey

    L'exposition Délices d'artistes fait la part belle aux installations multimédia. La réalité augmentée permet de voir des choses invisibles normalement à l'oeil du visiteur.

  • Livre blanc: Crossovers Culture & Technology
  • Ouverture de l'exposition 21 rue La Boétie au Musée Maillol à Paris

    Une exposition exceptionnelle autour du célèbre marchand d'art Paul Rosenberg. Du 2 mars au 23 juillet 2017.

lundi, 14 août 2017 12:59

Damien Hirst, Trésors du naufrage de l’Incroyable à Venise

Written by  Vincent Delvaux
  • Bookmark and Share
Rate this item
(0 votes)

Damien Hirst Treasures from the Wreck of the Unbelievable 11En ces temps de Biennale, Damien Hirst, l’enfant terrible de l’art contemporain britannique a orchestré à Venise un retour fracassant sur le devant de la scène. La star des Young British Artists, actifs dans les années 80-90, dévoile une exposition spectaculaire qui se tient simultanément au Palazzo Grassi et à la Punta della Dogana. Un régal pour les yeux.

 

À la vue de ce show hollywoodien, on ne peut s’empêcher d’avoir à l’esprit que celui-ci relève d’une opération commerciale rondement menée sous la houlette de François Pinault, grand collectionneur averti et soutien de toujours de l’artiste anglais. En effet, après l’immense succès de la vente aux enchères de 2008, qui lui avait rapporté 140 millions d’€ et par la même occasion fait de lui une star planétaire, l’artiste a vu sa cote sensiblement baisser sur les marchés. Sa démarche actuelle, à n’en pas douter, s’inscrit dans une tentative d’aimanter à nouveau l’intérêt des grands collectionneurs après ce passage à vide au moyen d’une exposition destinée à marquer les esprits.

Une fois ces préoccupations terre-à-terre évacuées, il faut bien admettre que l’éblouissement et un plaisir immédiat l’emportent largement sur toutes autres considérations. Car le spectacle est démesuré, à l’aune de la légende forgée par l’artiste lui-même : plus de 120 sculptures, dont un grand nombre d’œuvres monumentales, une utilisation abondante des matériaux les plus précieux, un budget de réalisation dont on dit qu’il avoisine les 50 millions de livres sterling (!), un travail réalisé dans le secret sur près de 10 ans, 5000 mètres carrés de parcours répartis dans deux des plus beaux lieux d’exposition de la Sérénissime. Des chiffres qui donnent le tournis…

Dès l’entrée en matière, la magie opère. Damien Hirst a choisi de raconter l’histoire d’un navire antique ayant appartenu à un richissime esclave affranchi, dont l’équipage aurait sombré emportant par le fonds son incroyable cargaison. Ce trésor fabuleux aurait été découvert récemment au large de Zanzibar et ramené à la surface par une équipe de plongeurs. L’esclave et protagoniste du récit porte ironiquement le nom de Cif Amotan II (anagramme de I am a fiction, Damien Hirst affectionnant particulièrement de brouiller les pistes entre fiction et réalité), et son histoire fait métaphoriquement écho aux collectionneurs d’aujourd’hui et à leur soif d’amasser des trésors.

Damien Hirst Treasures from the Wreck of the Unbelievable 29Damien Hirst Treasures from the Wreck of the Unbelievable 9

Le voyage imaginaire au long cours auquel nous convie Damien Hirst est fait de visions de coraux et de colosses engloutis, de pépites d’or grosses comme le poing, d’amphores ébréchées, de pièces d’armures et de sabres, de torques et de tiares, de têtes de méduses décapitées et de sphinx pensifs, de bronzes et de pierres calendaires. Les couleurs et les matières éclatent et on se laisse volontiers prendre par la main par ce récit fantastique malgré le côté kitsch assumé de certaines pièces. L’inventaire semble parfois sorti de quelques bonnes pages d’À Rebours de Joris-Karl Huysmans ou des descriptions luxuriantes et sensuelles du Salammbô de Flaubert : tortues à carapace d’or, coraux opalescents, obsidiennes, améthystes, azurites, quartz, émeraudes, tourmalines, tout participe à l’enchantement de cet Orient antique reconstitué. Des sculptures démesurées jugent le spectateur, le crâne d’un cyclope (ou s’agit-il d’un mammouth?) et son monstrueux orifice le toise de son globe désormais vide, une hydre se livre à une lutte sans merci avec une Khali à six bras armés d’estramaçons surdimensionnés. Hirst pousse le souci du détail jusqu’à mettre en scène, à travers de grandes photos placées dans des caissons lumineux, l’équipe de plongeurs à la découverte de ces merveilles sous-marines dans un décor de lagon turquoise.

Particulièrement efficace, la scénographie, pensée pour le lieu, ses volumes et la présence toute proche de la lagune, s’efface pourtant discrètement pour faire place à un sentiment d’enchantement tout au long du parcours. Hirst s’amuse à brouiller les frontières, il mélange avec bonheur les mythes égyptiens, grecs, romains, hindous, africains, et ne craint pas d’y ajouter une touche kitsch et autoréférentielle, à l’instar de cette statue mangée de coraux représentant l’artiste aux côtés de Mickey. Tout se rejoint désormais en une vision cohérente et est matière au grand spectacle post-moderne de l’art contemporain : Disney, pop culture (le buste de Pharell Williams en pharaon!) et grands mythes fondateurs se côtoient sans distinction ni hiérarchie.

Damien Hirst Treasures from the Wreck of the Unbelievable 5Damien Hirst Treasures from the Wreck of the Unbelievable 10

Le génie de Hirst réside toutefois dans la sublimation des références qu’il invoque et fait cohabiter avec réussite pour donner in fine un spectacle haut-en-couleur, bluffant techniquement et époustouflant de beauté. Une leçon d’art magistrale, qui pêche peut-être par facilité aux yeux de certains, mais se suffit à elle-même sans avoir besoin de chercher par la dialectique à justifier son propos. Un plaisir immédiat pour les yeux et l’esprit du visiteur, assez rare en soi que pour être souligné, et qu’il aurait grand tort de bouder.

Treasures from the Wreck of the Unbelievable (Trésors du naufrage de l’Incroyable), par Damien Hirst.
À la Punta della Dogana et au Palazzo Grassi de Venise, jusqu’au 3 décembre 2017.

Read 192 times Last modified on mercredi, 30 août 2017 13:42