• Ouverture de l'exposition 21 rue La Boétie au Musée La Boverie (Liège), le 22 septembre 2016

    Plus de 70 chefs d'oeuvre de l'art moderne avec Picasso, Braque, Matisse, Léger, Laurencin...

  • Vue de l'exposition 21 rue La Boétie

    Une exposition exceptionnelle réunissant les plus grands noms de l'art moderne

  • Mapping Knowledge. Understanding the world through data

    Une exposition high-tech sur la visualisation de données au Mundaneum dans le cadre de Mons 2015

  • Vernissage de Renaissance 2.0 en compagnie du 1er Ministre

    Vernissage de Renaissance 2.0 en compagnie du 1er Ministre au Mundaneum, Mons

  • Vernissage de Renaissance 2.0 - Voyage aux origines du web

    Vernissage de Renaissance 2.0 - Voyage aux origines du web au Mundaneum, Mons

  • Presentation à la TV Nationale Roumaine du Programme Creative Europe

    Présentation de l'opinion CCMI/CESE sur le programme Creative Europe à Bucharest

  • Transdigital cookbook #3

    Sortie du Transdigital Cookbook #3, publication consacrée aux rapports arts/sciences/technologie

  • Buffet "Nature morte" Délices d'artistes

    Somptueux buffet inspiré par les natures mortes lors du vernissage de l'exposition Délices d'artistes à l'Alimentarium de Vevey

  • Vinton Cerf au Mundaneum à Mons

    Vinton Cerf est l'inventeur d'Internet et actuel vice-président de Google.

  • 10 ans de numérique à Mons

    Sortie du livre 10 ans de numérique à Mons/10 digital years in Mons consacré au développement des industries créatives et numériques dans la région

  • Vue du lac de Genève à Vevey et la fourchette sculptée de l'Alimentarium

    L'exposition Délices d'artistes se tient en ce moment à l'Alimentarium de Vevey, sur les bords du lac de Genève.

  • L'Alimentarium de Vevey, lieu d'accueil de l'exposition Délices d'artistes

    L'Alimentarium est un musée de l'alimentation dépendant de Nestlé situé à Vevey en Suisse. S'y tient en ce moment une exposition sur l'imaginaire des artistes dépeignant la nourriture.

  • Une installation en réalité augmentée présentée au sein de l'exposition Délices d'artistes à l'Alimentarium de Vevey

    L'exposition Délices d'artistes fait la part belle aux installations multimédia. La réalité augmentée permet de voir des choses invisibles normalement à l'oeil du visiteur.

  • Livre blanc: Crossovers Culture & Technology
  • Ouverture de l'exposition 21 rue La Boétie au Musée Maillol à Paris

    Une exposition exceptionnelle autour du célèbre marchand d'art Paul Rosenberg. Du 2 mars au 23 juillet 2017.

lundi, 19 juin 2017 07:18

Kader Attia Répare l’invisible au S.M.A.K.

Written by  Vincent Delvaux
  • Bookmark and Share
Rate this item
(0 votes)

Kader-Attia-reparer-l-invisibleL’exposition consacrée en ce moment par le S.M.A.K. à l’artiste franco-algérien Kader Attia donne à voir une sélection restreinte de ses œuvres, une dizaine tout au plus, mais qui n’en demeure pas moins essentielle pour autant par la pertinence des questions qu’elle soulève. Sous le titre « Réparer l’invisible », Kader Attia interroge avec pudeur et émotion, les lignes de fracture et les blessures qui saillent encore de l’histoire et de la mémoire des peuples soumis au traumatisme colonial.

 

L’intérêt de Attia pour les cultures non-occidentales, qui doivent encore réinventer leur liberté et affirmer leur existence, non en creux de l’écrasante domination de l’Occident, mais à plein, pour ce qu’elles sont, trouve ici la juste mesure de son expression. Les œuvres ouvrent sur un questionnement fort, présenté sans fioriture et dépouillé de tout artifice plastique. L’espace est blanc, dénudé et fait penser à une chambre d’échos où les interrogations soulevées par l’artiste s’insinuent dans l’esprit du visiteur d’abord imperceptiblement pour résonner et s’amplifier ensuite avec plus de force.

Kader Attia articule donc une réflexion autour de l’idée philosophique de la réparation, et, fidèle à lui-même, sa démarche est tantôt artistique, tantôt celle d’un historien, d’un ethnographe ou d’un anthropologue. En revisitant la mémoire des peuples, il en explore les blessures et les lignes de fracture. La « réparation » qu’il suggère n’est dès lors pas un processus qui vise à faire disparaître les stigmates des traumatismes subis mais, au contraire, consiste à les arborer avec fierté, comme faisant partie de la construction d’une identité nouvelle. Des cicatrices de vie qui s’exhibent, n’ont pas vocation à guérir ou à être cachées sous un nouvel épiderme de surface mais qui définissent et questionnent. À l’instar de ces tissus rapiécés de la tribu Kuba au Congo, trônant sur des socles blancs placés au milieu de l’espace, et dont les morceaux raccommodés s’exhibent fièrement et se réinventent. Dans le même esprit, ces morceaux de bois ou ces miroirs fracturés et suturés d’agrafes, ces attelles et prothèses de marche qui disent muettement toutes les horreurs de la guerre, la réparation impossible lorsque l’être est amputé d’une partie de lui-même. Une magnifique œuvre récente aussi (Reenactment, 2014) représente deux ouds, instrument de musique traditionnel arabe, dont la face avant est délicatement façonnée en bois mais dont la caisse de résonnance est formée d’un casque colonial rouillé de l’armée française. Le choc de deux cultures qui ne peuvent se comprendre et n’arrivent pas à s’écouter, la douceur de la musique face à la violence militaire. Tout un symbole…

Kader-Attia-reparer-l-invisible-reenactmentKader-Attia-reparer-l-invisible-reenactment-2

Plus loin, une carcasse de voiture interroge les vestiges de notre civilisation industrielle. Enfin, le film Réfléchir la mémoire (2016), qui s’est vu attribuer le prix Marcel Duchamp, la plus prestigieuse reconnaissance hexagonale dans le champ des arts plastiques, explore à travers des témoignages d’experts et de psychanalystes le processus de réparation impossible lorsque surgit le phénomène du « membre fantôme » consécutif à une amputation. Une réflexion sur la mémoire de ce qui n’est plus mais qui continue néanmoins de hanter.

À noter que le S.M.AK. propose également en ce moment une revisitation originale de sa collection permanente avec une installation émouvante sous forme de lits de fortune et d’un campement de réfugiés placé au beau milieu des salles d’exposition. Le visiteur est donc contraint pour admirer les Alechinsky, Raysse, Beuys, Broodthaers ou Panamarenko, de se faufiler entre les matelas pisseux et les effets personnels d’une foule miséreuse et invisible. Une démarche qui interpelle et suscite la réflexion.

Anapi-smakAnapi-smak 2

Enfin, au rez-de-chaussée du musée, l’étonnante installation de « L’Agence Nationale pour la Promotion des Investissements » (ANAPI) congolaise, dont on peine à savoir s’il s’agit de l’œuvre démesurée et déraisonnable d’un artiste ou d’un véritable stand géant de foire commerciale vantant les possibilités d’investissements infinies au cœur de l’Afrique, tant est convaincant le discours corporate, soutenu et argumenté par de nombreux roll-ups, prospectus et sites web. Derrière ces éléments de langage purement entrepreneuriaux sur les richesses minières et naturelles de notre ancienne colonie, la reconstitution d’un village de brousse congolais, que l’on dirait arrêté dans les années 60, avec un salon de coiffure où trônent côte à côte les photos jaunies de Baudouin ou Lumumba, des boutiques défraichies de vendeurs de pneumatiques usés ou de pièces détachées des GSM dont l’Occident ne veut plus, l’arrière-salle abandonnée d’un bar où plane encore un air silencieux de rumba congolaise. Tout un fabuleux bric-à-brac de vie, poussiéreux mais tellement vivant et que les discours business friendly ne peuvent occulter ou faire taire. Étrange et savoureux…

À découvrir au S.MA.K. (Gand) jusqu’au 01/10/2017
http://smak.be

Read 106 times Last modified on lundi, 19 juin 2017 08:01